Erika Thomas, réalisatrice de « A bientôt Aïko (Lettres à Sandor) »

23 mai 2019

De quoi parle votre documentaire ?

« A bientôt Aïko (Lettres à Sandor) » retrace l'histoire d'Aïko Mishima, une Japonaise arrivée à en France en 1958 après avoir connu la guerre et l'occupation américaine. J'ai découvert Aïko en lisant un de ses livres de souvenirs et j'ai voulu montrer le quotidien de cette dame très touchante de 91 ans. C'est une rencontre humaine d'une grande valeur pour moi !

Comment avez-vous procédé pour filmer les souvenirs, les histoires d'Aïko ?

Je souhaitais trouver un dispositif cinématographique intéressant. J'aime beaucoup le travail de Chris Maker dans « Sans soleil » (1983). Dans ce documentaire où il est question entre autres, du Japon, une femme en voix off énonce ce que lui écrit un caméraman voyageur, Sandor Krasna. Le film est ponctué par cette voix féminine disant « il m'écrivait ». Dans mon documentaire j'ai voulu faire un clin d'œil à cette œuvre. Dans « A bientôt Aïko (Lettres à Sandor) », la voix féminine est celle d'Aïko Mishima qui dit « j'écrivais ». C'est comme si cette voix avait traversé le temps pour énoncer ce qu'elle a à dire sur sa propre histoire.

D'où vous est venue l'idée de ce film ?

J'ai commencé à écrire sur l'exil à Paris lors de ma formation aux Ateliers Varan. En 2017, j'ai réalisé un documentaire qui aborde l'exil portugais dans la capitale française. Ce film, « Traversées de la mémoire », a tourné dans quelques festivals et colloques en France et à l'étranger. J'ai eu envie de poursuivre ce questionnement sur l'exil à Paris et j'ai décidé de faire une série de courts documentaires sur cette question. « A bientôt Aïko (lettres à Sandor) » est le deuxième volet et j'écris actuellement le troisième. Il s'agit toujours de considérer la parole de personnes plutôt âgées qui me livrent leurs mémoires – un thème qui m'est cher, et leur réflexion sur l'exil.

 

Comment ce documentaire est-il accueilli ?

« A bientôt Aïko (Lettres à Sandor) » a été sélectionné par les comités du Festival International Visions du Réel pour la section Media Library 2019 et du Panorama de la 8e édition du Festival du Film de Fontenay-le-Comte 2019. Il va également être diffusé le 29 avril en Espagne, lors de rencontres internationales sur les migrations à Murcia. Je suis très heureuse de cet accueil, d'autant plus que ce documentaire a bénéficié des fonds fédératifs de l'Université et du soutien de la FLSH.​
 

Propos recueillis par Louise Gerber

 

 


Autres communications

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. Accéder au Règlement général sur la protection des données (RGPD)